LITURGIE ET SACREMENTS

Une bonne formulation concernant la Liturgie se trouve dans la Constitution sur la Sainte Liturgie du Concile Vatican II : la Sacrosanctum Concilium. Il y est dit que la Liturgie est ¬ę¬†le sommet vers lequel tend l’action de l’√Čglise et en m√™me temps la source d’o√Ļ jaillit toute sa force¬†¬Ľ (SC n.10). Il ne s’agit pas d’une d√©finition proprement dite. Sagement, les p√®res conciliaires ont √©vit√© une d√©finition de la Liturgie. Ils ont pr√©f√©r√© la concevoir comme la c√©l√©bration des myst√®res du Christ perp√©tu√©s dans la vie de l’√Čglise. Ce rendu pr√©sent des myst√®res du Christ se fait de mani√®re symbolique, c’est-√†-dire sacramentellement, √† travers ces gestes et ces paroles qui constituent la Liturgie de l’√Čglise. Dans ce sens, on comprend pourquoi la Liturgie est √† la fois sommet et source de la vie de l’√Čglise.
En supposant que les sacrements sont au cŇďur de la Liturgie, comme nous l’enseigne la Sacrosanctum Concilium, nous comprenons approfondir les sillons ouverts par Vatican II qui, en r√©cup√©rant cette compr√©hension de la tradition chr√©tienne des premiers si√®cles, propose quelque chose qui d√©passe simultan√©ment deux impasses de la th√©ologie post-tridentine. Le premier concerne une compr√©hension formelle et juridique de la Liturgie. Avant Vatican II, ce qui √©tait enseign√© dans les facult√©s et s√©minaires de th√©ologie sur la Liturgie se r√©sumait √† des rubriques et autres ornements ou accessoires techniques qui accompagnaient les c√©l√©brations du culte chr√©tien. Le deuxi√®me impasse concerne la compr√©hension et la pratique sacramentelles. Ce qui √©tait enseign√© dans la doctrine des sacrements ob√©issait √† une d√©finition g√©n√©rique de sacrement, appliqu√©e indistinctement √† chacun et √† tous les sacrements.
La compr√©hension de la Liturgie comme c√©l√©bration du myst√®re pascal du Christ qui se rend pr√©sent de mani√®re symbolico-sacramentelle dans la vie de l’√Čglise, explicite √† son tour la dimension intrins√®quement th√©ologique de la liturgie chr√©tienne, en plus de rendre possible la c√©l√©bration de chaque sacrement comme expression singuli√®re du myst√®re pascal du Christ pr√©sent ici et maintenant dans la communaut√© chr√©tienne. De cette mani√®re, on r√©cup√®re la singularit√© de chaque sacrement dans la mesure o√Ļ chacun, √† sa mani√®re, incarne la complexit√© des interfaces du myst√®re pascal du Christ c√©l√©br√© dans la Liturgie. √Ä cet √©gard, m√©rite notre attention une compr√©hension des sacrements dans leur insertion dans le myst√®re pascal du Christ.
Tout ce qui a √©t√© dit jusqu’ici devient compr√©hensible √† condition de red√©couvrir la dimension √©minemment symbolique de l’existence humaine, de l’histoire et du monde en g√©n√©ral. La Liturgie est, par excellence, l’expression festive et donc symbolique de la foi chr√©tienne. Pour cela, il devient indispensable de s’ouvrir √† la dimension constitutivement symbolique de la vie en g√©n√©ral et de la foi chr√©tienne en particulier. D’o√Ļ l’importance de consid√©rer le symbole et le sacrement √† partir d’une relation tr√®s √©troite entre les deux. Les sacrements chr√©tiens constituent, en tous points, une authentique radicalisation de ces constantes anthropologiques caract√©ristiques de l’existence de chaque √™tre humain et de tous les √™tres humains. Ils constituent √©galement l’approfondissement de ces dimensions historiques et cosmiques qui composent la trame complexe dans laquelle se trouve enchev√™tr√©e la vie des personnes et des autres cr√©atures.
Une autre question mise en avant ici est l’√©troite relation qui pr√©vaut entre la Liturgie et l’√Čglise, entre les sacrements et l’√Čglise. Il s’agit, en r√©alit√©, d’une f√©conde r√©ciprocit√© entre la liturgie et l’√Čglise ou, plus sp√©cifiquement, entre les sacrements et l’√Čglise. Si, d’un c√īt√©, l’√Čglise fait les sacrements, de l’autre, ce sont les sacrements qui font l’√Čglise. L’eccl√©sialit√© des sacrements constitue donc une th√©matique de fondamentale importance pour la Liturgie.
Enfin, pour qu’il y ait effectivement une f√©conde circularit√© entre c√©l√©bration et vie, entre Liturgie et vie de foi des communaut√©s chr√©tiennes, il est n√©cessaire d’approfondir la question indispensable de la relation entre la Liturgie, la religiosit√© populaire et les cultures. Toute foi na√ģt d√©j√† incultur√©e et, par cons√©quent, s’exprimera toujours √† travers des expressions culturelles. C’est pourquoi, en tant qu’expression symbolico-sacramentelle de la vie de foi des communaut√©s chr√©tiennes, la Liturgie ne pourra jamais se soustraire au dialogue avec les expressions culturelles des peuples et avec la religiosit√© populaire.
 Sinivaldo Silva Tavares, OFM, FAJE, Brésil